logo
2002-2004 . Abriès (F-05)

bauwelt prize – european award luigi cosenza prix 

« targa d’argento » 

Une  construction à la montagne sur un terrain très pentu en fond de vallée dans les Hautes-Alpes françaises.

La construction se joue de l’archétype du chalet. Le travail de l’agence est centré sur les questions du paysage. Forte déclivité, sensation d’encaissement, de vertige. Présence d’une forêt de mélèze serrée et profonde. Présence de la roche dangereuse et dense. Présence du bois à l’écorce rugueuse et colorée. Tous ces caractères ont constitué la base de ce projet.

Le chalet se situe en plein cœur du parc régional du Queyras (05) dans un emplacement calme et paisible au milieu d’une forêt de mélèze. Le terrain en flanc de montagne, est tourné vers le sud et domine la vallée du Guil.

Le projet se décompose en trois plans carrés de 12 m de coté. Le sous-sol et le rez-de-chaussée sont en structure béton. Le premier étage et les combles sont quant à eux réalisés en structure bois. Le rez-de-chaussée contient les espaces de vie, salon, salle à manger et cuisine. Les chambres sont contenues au premier étage. De larges bow-windows s’ouvrent sur le paysage ainsi ces éléments composent un tableau profond qui met en perspective la vue. La caractéristique de ce dispositif est qu’il permet de pratiquer l’espace de la fenêtre. Ainsi dans l’épaisseur de la fenêtre l’habitant fait parti du paysage. Ce cadre blanc abstrait la perspective et prolonge la vue reflètant.

Le volume du chalet, composé de strates, joue avec la déclivité. La partie haute du chalet est composée d’une rangée d’éléments verticaux en bois suspendus à la charpente. Ces éléments de bois sont appelés fustes. Ces fustes caractérisent les constructions très anciennes dans la vallée. Autrefois ces fustes étaient utilisés pour entreposer du bois, du foin, ou du linge et avaient des fonctions d’isolation. Cette forme a été réutilisée ici pour résoudre la structure porteuse des bow-windows suspendus et la cinétique de la façade en bois. Ainsi par un dispositif perspectif simple les fustes ont été doublé de manière à générer selon l’angle de vue une masse critique. Cette vibration se modifie à chacun de nos pas pour se découvrir au plus près.

Le volume simple du chalet s’enrichit de lecture ambiguë qui questionne les limites intérieures et extérieures. Cette structure apparente porte en elle l’image de la forêt alentour. La présence du bois, sa couleur changeante, ses imperfections rendent sensible l’enveloppe du bâtiment.

construction d’un chalet

surface plancher: 255 m²

maîtrise d’ouvrage privée

mission de base loi MOP

mission mobilier

mission prototype façade

bâtiment basse consommation BBC,

bâtiment HQE,

structure bois.